Tutoriels

Thermoplastiques : Worbla’s Finest Art, Black, Pearly, Meshed, Transpa Art, Cosplayflex…

Publié le : (Mis à jour le : ) Tags : ,

Présentation

Les thermoplastiques, comme leur nom l’indique, sont des matériaux plastiques qui réagissent à la chaleur. Rigides lorsqu’ils sont à température ambiante, ils deviennent malléables lorsqu’on les chauffe, permettant de réaliser armures, props et autres éléments entrant dans la fabrication d’un cosplay.

Il y a peu, la gamme des Worbla s’est agrandie avec l’arrivée du petit dernier : le Pearly Art. Cosplay&Craft, boutique française de matériaux cosplay, nous a proposé de tester ce nouveau venu, l’occasion de faire une petite comparaison des différents thermoplastiques que nous avons pu utiliser jusqu’à présent.

Pour commencer, je vous ai préparé un petit comparatif sur différents points :
– Aspect et surface
– Elasticité et résistance à la déchirure
– Utilisations (sur une base en mousse, moulage, sculpture, détails…)

Ensuite, je vous ferai un récapitulatif pour chaque matériau avec ses points positifs et négatifs, et un classement avec des petites étoiles afin d’évaluer l’adhérence, la facilité d’utilisation, la texture, l’élasticité, le prix, etc.

Comparatifs

1. Aspect

Comparatif Worbla Cosplay

On commence avec une comparaison en images de l’aspect de ces différents thermoplastiques à l’état «neuf».

A gauche, vous avez la face avant, plus lisse, et à droite la face arrière un peu plus rugueuse. Petite particularité, le Worbl’as Meshed Art possède une trame à l’arrière, quant au Worbla’s Transpa Art même rendu à l’avant et à l’arrière.

On peut déjà remarquer que les Worbla’s Finest Art, Cosplayflex et Worbla’s Meshed Art ont une couleur brune mouchetée. On voit plus facilement les particules que sur le Black et le Pearly, qui, de base, ont une surface plus lisse.

Autre point : la brillance, alors que le Cosplayflex et le Meshed ont un rendu plus brillant, le Black et le Pearly ont une surface un peu plus mate.

Le Transpa Art, comme vous le verrez encore plus par la suite, est un peu à part : pas de particules, il est complètement lisse et brillant.

Comparatif Worbla Texture

Cette fois-ci, j’ai appliqué des échantillons de même taille sur une petite sphère en plastique. On peut donc voir la texture une fois le plastique étiré.

On voit clairement la différence de texture entre les Worbla’s Finest Art / Cosplayflex qui ont une texture un peu craquelée et rugueuse et les Black / Pearly Art dont la texture est plus fine.

Le Worbla’s Meshed Art reste assez lisse et brillant, à cause du maillage qui le compose, il ne s’étire pas et conserve bien sa texture initiale.

Worbla Primaire Apprêt Peinture

Enfin, dernier test en ce qui concerne l’aspect de ces différents thermoplastiques : j’ai d’abord chauffé le thermoplastique pour lui ôter son aspect «neuf». Une fois le grain visible, on a appliqué de la peinture en bombe argentée sur la partie centrale, et on a apprêté et peint la partie de droite.

Pour l’apprêt : on a utilisé de l’apprêt en bombe, une 1ère couche, suivie d’un ponçage au papier de grain 240, puis une 2ème couche suivie d’un ponçage au papier 600 + finitions au papier 1000.

Pour ceux qui n’ont jamais testé de thermoplastiques, sachez qu’il est possible d’avoir un rendu lisse avec tous ces matériaux, cela demandera juste plus de travail en fonction de celui que vous allez utiliser.

Sur du Worbla Black ou Pearly, une seule couche d’apprêt avec un peu de ponçage suffisent pour avoir un rendu lisse, alors que le Worbla classique, le Meshed et le Cosplayflex vont plutôt demander 3 couches avec ponçage pour un rendu équivalent.

PS : Nous avons utilisé de l’apprêt en bombe, mais il est également possible d’utiliser de la colle à bois, de la colle blanche ou du gesso pour lisser ces thermoplastiques.

2. Élasticité / résistance à la déchirure

Worbla résistance élasticité

Pour ce test, j’ai pris de petits échantillons de 1,5 x 4 cm, que j’ai étirés après les avoir chauffés au décapeur thermique. Je me suis arrêtée à chaque fois lorsque les premières déchirures commençaient à apparaître.

Le Worbla’s Finest Art est assez élastique, et résiste plutôt bien. Pour l’avoir déjà utilisé à de nombreuses reprises, je sais qu’il s’applique assez facilement sans déchirer, même sur des pièces avec beaucoup de reliefs.

Le Cosplayflex est moins élastique, contrairement à ce que je pensais. Peut-être est-ce une idée que je me faisais à cause de sa texture un peu «chewing-gum» lorsqu’on le chauffe….

Le Worbla’s Meshed Art a très peu d’élasticité en raison de son maillage. Cela le rend également extrêmement résistant, impossible pour moi de le déchirer à la main.

Les Worbla Black et Pearly sont plutôt équivalents au niveau de l’élasticité. J’ai quand même noté que le Black déchirait plus vite, ou en tout cas, on s’y attend moins. Sur le Pearly j’ai arrêté de tirer quand j’ai vu que ça commencait à être trop fin, sur le Black je n’ai pas eu le temps de le voir venir que les bords étaient déjà déchirés. Cela dit, ça reste très proche.

Le Worbla’s Transpa Art est à nouveau à part… Bonne élasticité, il ne déchire pas, mais se tord dans tous les sens… Et lorsqu’on le re-chauffe, il a tendance à se rétracter.

3. Utilisations

Worbla mousse EVA

Mon premier test concerne une utilisation très courante, à savoir appliquer le thermoplastique sur une pièce en mousse.

La différence qu’on peut noter clairement c’est l’adhérence. Alors que le Worbla, le Cosplayflex et le Meshed accrochent bien à la mousse, le Black et le Pearly ont plus de mal à adhérer, on le voit d’ailleurs sur les photos où les languettes à l’arrière sont un peu décollées.

Dans les deux cas, vous allez avoir des avantages et des inconvénients. Un thermoplastique avec une bonne adhérence sera plus facile à appliquer sur une base existante, il accrochera mieux la mousse, se collera mieux sur lui-même dans le cas d’une utilisation en «sandwich» (= une pièce en mousse placée entre deux feuilles de thermoplastique). En revanche, il laissera moins place à l’erreur, puisqu’une fois collé à lui-même il sera plus dur à défaire.

Sur ce dernier point, j’ai pu noter que le Cosplayflex laissait assez peu de place à l’erreur, il a une texture très collante, et à tendance à se détendre si vous essayez de décoller deux parties qui se sont accrochées par erreur. Il a aussi tendance à coller aux doigts, ce qui n’est pas toujours très pratique.

Les Worbla Black et Pearly laissent une plus grande marge de manœuvre en cas d’erreur. Cela veut aussi dire que si vous souhaitez coller deux parties l’une sur l’autre, il faudra beaucoup plus chauffer et appuyer pour qu’elles adhérent correctement.

Worbla moulage silicone

Deuxième test : le moulage. J’ai utilisé un moule en silicone, dans lequel j’ai appuyé une feuille de thermoplastique.

C’était assez simple à réaliser pour le Worbla, le Black et le Pearly. Pour les autres c’était un peu plus compliqué.

le Cosplayflex colle aux doigts, il faut donc veiller à garder ses doigts sur la pièce le temps que ça refroidisse pour éviter de la déformer.

le Meshed, en raison de son maillage, a peu d’élasticité, il est donc plus difficile à travailler, quand on appuie d’un côté ça à tendance à se soulever de l’autre côté. Il faut donc bien faire attention à maintenir la pièce un peu partout. Il faut également prévoir une surface plus grande que les autres thermoplastiques qui peuvent s’étirer.

Le Transpa Art est vraiment plus compliqué à utiliser. Il a du mal à rester en place, a besoin d’être très chaud pour être travaillé (on a vite fait de se brûler les doigts), puis il refroidit très vite, ce qui laisse peu de temps pour le travailler correctement. Il faut donc le re-chauffer à plusieurs reprises, en faisant attention de ne pas trop le chauffer non plus, car il a tendance à faire des bulles…

En terme de rendus, les Worbla et Cosplayflex restent assez granuleux, ce qui demandera un peu plus de travail en terme d’apprêtage / ponçage (pas toujours facile lorsqu’il y a des détails).

Les Black et Pearly ont un rendu très fin, mais il faut faire attention si votre pièce a beaucoup de relief car ils ont plus tendance à se déchirer. Il ne faut donc pas hésiter à ré-appliquer des feuilles supplémentaires à l’arrière pour boucher les trous.

Le Transpa Art prend assez mal les détails très fins, mais la forme globale est là.

Et enfin, la bonne surprise du jour : à mon grand étonnement, le Meshed a très bien pris les détails même les plus fins (encore mieux que les Black et Pearly !), et sa surface reste très lisse et brillante.

Worbla sculpture

Voyons maintenant ce qu’il en est lorsqu’il s’agit de sculpter des détails. Une boulette pour commencer.

Le rendu est très lisse sur les Worbla Black et Pearly, vient ensuite le Cosplayflex légèrement plus brillant que le Worbla classique.

Cette utilisation ne convient pas bien au Meshed, puisque le maillage apparaît en surface.

Pour ce qui est du Transpa Art, on ne peut pas dire que la matière se mélange à elle-même. On distingue bien les plis à l’intérieur, et il est assez difficile de lisser complètement les jointures. Cela peut cependant permettre de créer des effets assez sympas.

Worbla sculpture boudins

Toujours dans les détails, une autre composante très utilisée : le boudin.
Tous les tests ont été réalisés sur des échantillons de même taille.

Sur ce point-là ce sont les Black et Pearly qui se démarquent, permettant de réaliser des boudins très fins à la texture vraiment lisse.

Le Worbla ainsi que le Cosplayflex permettent également de réaliser des boudins assez fins, même s’ils restent plus épais que ceux en Black et Pearly.

Quant au Worbla’s Transpa Art… difficile d’obtenir quelque chose de fin. Il se rétracte lorsqu’on le re-chauffe, il est donc assez difficile d’obtenir un long boudin régulier. Ou alors il faut couper une bande très fine à la base et essayer de l’arrondir ensuite. Dans tous les cas, c’est une matière assez capricieuse qui ne se sculpte pas très bien.

Je n’ai pas effectué le test sur le Meshed, car il ne me paraît pas très adapté dès lors qu’il faut le sculpter (à cause du maillage qui devient visible).

Worbla sculpture dents

Suite du test avec des petites dents réalisées à l’aide d’outils de sculpture.
Cette fois j’ai laissé de côté le Meshed ainsi que le Transpa Art.

Les quatre matériaux se travaillent assez bien, mais les Black et Pearly permettent plus de finesse dans la réalisation. De plus, leur couleur uniforme permet de mieux visualiser les détails, les éléments à sculpter et les défauts (traces d’ongles ou autre).

worbla dessin patron ecriture

Enfin, un dernier détail qui peut avoir son importance… pouvoir reporter un patron, ou dessiner les motifs à appliquer !
J’ai testé d’écrire sur ces thermoplastiques (de haut en bas) : au stylo bille, au crayon de papier, au feutre et au marqueur.

Rien à signaler du côté du Worbla, Cosplayflex, Meshed Art et Pearly, si ce n’est que mon feutre a eu du mal à sécher et a fait quelques bavures.

Sur le Black en revanche, difficile de voir les tracés en dehors de celui réalisé au crayon de papier, et encore faut il avoir un bon éclairage.

Sur le Transpa Art, le crayon ne marque pas, le stylo bille a parfois du mal car la surface est très lisse. En revanche, il est possible d’enlever les traces de stylo en frottant, plutôt pratique pour effacer et recommencer.

Récapitulatif par matériau

1. Worbla’s Finest Art

armure worbla

Avantages :

  • C’est d’après moi le plus facile à prendre en main. Si vous débutez avec les thermoplastiques, c’est en tout cas celui que je vous conseille pour commencer.
  • Il a une bonne elasticité, ce qui le rend plus facile à travailler. Si vos pièces ont du relief, il déchirera moins facilement que du Worblas’ Black Art ou Pearly Art.
  • Il a une bonne adhérence et tient bien sur la mousse ou sur lui-même.
  • Matériau très répandu, on le trouve facilement en ligne.

Inconvénients :

  • Le gros point noir c’est sa texture, assez rugueuse, qui va nécessiter plus de travail d’apprêtage / ponçage avant de pouvoir être peint.

Remarques :
Bien que sa texture rugueuse soit considérée comme un inconvénient, dans certains cas elle peut aussi permetter de créer des effets de texture comme c’est par exemple le cas pour les gravures de mon Glaive Vorpalin.

glaive épée worbla

2. Cosplayflex

cosplayflex

Avantages :

  • Plutôt similaire au Worbla, il est assez facile à prendre en main.
  • Il a une bonne adhérence et tient bien sur la mousse ou sur lui-même.
  • Avec sa couleur plus claire et son aspect un peu plus brillant que le Worbla, il est plus facile de voir les défauts, en particulier les bulles.

Inconvénients :

  • Tout comme le Worbla, sa texture assez rugueuse, surtout lorsqu’il est étiré.
  • On le trouve moins facilement que le Worbla, en particulier hors de l’Europe, où son prix peut vite décoller chez les rares fournisseurs qui en proposent.

Remarques :
Il a une texture un peu «chewing-gum» lorsqu’il est chauffé. Il faut également faire attention, car il colle plus aux doigts que le Worbla.

3. Worbla’s Meshed Art

Avantages :

  • Très résistant, il ne déchire pas grâce au maillage qui le compose. Idéal pour les pièces qui doivent résister à la tension ou à la déchirure (articulations, pièces sans renfort en mousse, attaches…).
  • Très bonne prise d’empreintes par moulage, il prend bien les détails.
  • Il a une bonne adhérence et tient bien sur la mousse ou sur lui-même.

Inconvénients :

  • Le contrecoup du maillage, c’est son manque d’élasticité. Il faut donc prévoir un peu plus de surface pour travailler qu’avec les autres thermoplastiques qui peuvent s’étirer.
  • Contrairement aux autres thermoplastiques, on peut moins facilement le recycler (la plupart des thermoplastiques se recyclent, en chauffant les chutes, et en les passant dans un laminoir à pâtes), ou alors on perd son maillage.

Remarques :
C’est la bonne surprise de ces tests. Je n’ai encore jamais eu l’occasion de l’utiliser sur des costumes, mais je pense le faire à l’avenir. Son maillage et sa texture assez lisse en font un bon candidat pour réaliser des pièces avec de grandes surfaces (bases d’armures, de bouclier ou autre), mais aussi pour la fixation de D-rings et autres attaches.

4. Worbla’s Black Art

Worbla black details

Avantages :

  • Sa texture très fine nécessite moins (voire pas du tout) de travail d’apprêtage / ponçage avant de pouvoir être peint.
  • Sa couleur noire. On peut l’utiliser tel quel sur pas mal de pièces, sans avoir à le peindre. Selon les cas, avec une armure sombre par exemple, on verra moins l’usure dûe aux frottements sur les pièces, ou si la peinture s’écaille.
  • Parfait pour les détails et la sculpture.

Inconvénients :

  • Contrairement aux Worbla, Cosplayflex et Meshed, on ne voit pas lorsqu’il est assez chaud pour être travaillé. Cela rend son utilisation plus compliquée et il est plus facile de se brûler.
  • N’adhère pas très bien à la mousse ou à lui-même. Il va avoir tendance à se décoller de son support si on le re-chauffe, et pour le coller sur lui même il faudra bien le chauffer et appliquer plus de pression qu’avec les autres thermoplastiques.
  • Il n’est pas facile de dessiner des patrons ou des repères. Pour l’instant le mieux que j’ai trouvé c’est de dessiner dessus avec un crayon de papier, mais il faut tout de même un bon éclairage pour bien voir les tracés.

Remarques :
Pour le moment, ça reste mon thermoplastique préféré, un peu plus dur à prendre en main que du Worbla classique, il nécessite un peu d’entraînement pour arriver à l’apprivoiser. Cela dit, une fois qu’on est habitué à le travailler, il permet de réaliser des pièces lisses et très détaillées. Sa couleur noire est également un avantage considérable lorsqu’on n’a pas toujours le temps de faire des retouches peintures sur son cosplay entre chaque convention (c’est plus discret).

5. Worbla’s Pearly Art

Avantages :

  • Sa texture très fine nécessite moins (voire pas du tout) de travail d’apprêtage / ponçage avant de pouvoir être peint.
  • Parfait pour les détails et la sculpture.
  • Sa couleur blanche permet de pouvoir dessiner dessus très facilement.

Inconvénients :

  • Contrairement aux Worbla, Cosplayflex et Meshed, on ne voit pas lorsqu’il est assez chaud pour être travaillé. Cela rend son utilisation plus compliquée et il est plus facile de se brûler.
  • N’adhère pas très bien à la mousse ou à lui-même. J’ai cependant l’impression qu’il adhère un peu mieux que le Black, à voir à l’utilisation.

Remarques :
Ce nouveau venu est plutôt prometteur. J’aime beaucoup le Worbla’s Black Art, et celui-ci est assez similaire. Très fin, parfait pour sculpter comme son grand frère, il a aussi cette caractéristique d’être blanc, ce qui est plus facile pour dessiner dessus, et qui peut être très intéressant pour la sculpture de dents, os ou autres objets de cette couleur.

6. Worbla’s Transpa Art

worbla armure led

Avantages :

  • Sa transparence, très pratique pour une application avec des LEDs.
  • Sa texture très lisse.
  • Très résistant, il ne déchire pas.

Inconvénients :

  • Il nécessite une plus haute température de travail (autour de 120°), attendez vous donc à vous brûler les doigts plus d’une fois.
  • Il refroidit très vite, ce qui rend son temps de travail très limité.
  • Assez compliqué à travailler et à prendre en main, il se tord et se déforme facilement, se rétracte ou reprend sa forme initiale quand on le re-chauffe…
  • Il a tendance à faire des bulles quand on le chauffe trop.

Remarques :
Il n’est pas adapté pour en faire une visière. Moulé par injection, il n’est pas optiquement transparent.
Il est plus facile de faire des moulages sur un objet qu’avec un moule en négatif.
Pour des effets sympas, n’hésitez pas à le peindre avec des peintures vitrail ou à poncer la face intérieure pour mieux diffuser la lumière.

7. Tableau récapitulatif

Worbla’s Finest Art Cosplayflex Worbla’s Meshed Art Worbla’s Black Art Worbla’s Pearly Art Worbla’s Transpa Art
Température d’activation 80/90°C 90°C 80/90°C 80/90°C 80/90°C 120°C
Texture 1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoiledemi étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile
Adhérence 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile
Facilité d’utilisation 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoiledemi étoile 1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile
Elasticité 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile
Résistance 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile
Flexibilité 1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile 1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile1 étoile
Prix (UE, Suisse, Etats-Unis pour une feuille de 150x100cm) 50€
75.-
$86
54€
70.-
$79 < $105
53-54€
75.-
$82
53-54€
78.-
$88
53-54€
78.-
$91
52€ < 59€
75.-
$88

En résumé

Mon thermoplastique préféré reste pour l’instant le Worbla’s Black Art, avec sa texture fine et sa couleur noire que je trouve assez adaptée pour les armure sombres ou les pièces métallisées. Plutôt polyvalent, il permet de travailler aussi bien sur de grandes surfaces que sur de petites pièces sculptées ou moulées.
Cela dit, le Worbla’s Pearly Art a des propriétés très similaires, si ce n’est sa couleur blanche qui sera certainement très utile en fonction des pièces à réaliser (petites dents ou os par exemple).

Ces deux thermoplastiques sont cependant plus difficiles à prendre en main, aussi si vous débutez je vous conseille vivement de commencer avec ce bon vieux Worbla’s Finest Art. On voit facilement lorsqu’il est chaud, il est plus élastique, a une bonne adhérence et vous permettra déjà de réaliser de très belles pièces.

Pour voir ces matériaux en œuvre, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil à nos making-of :
https://www.blackowlstudio.com/officier-chanteguerre-making-of/ (Worbla’s Finest Art)
https://www.blackowlstudio.com/chevalier-noir-making-of/ (Worbla’s Finest Art, Worbla’s Black Art et Worbla’s Transpa Art)
https://www.blackowlstudio.com/making-of-glaive-vorpalin/ (Worbla’s Finest Art et Worbla’s Black Art)

Mis à jour le :
Partager : Facbook Deviantart Google + Pinterest Reddit
marie@blackowlstudio.com

Marie Katzenmayer, 26 ans, est illustratrice freelance. Passionnée de game design, de musique métal et fan de Tim Burton, ses spécialités sont le Pepakura, la sculpture et la peinture.

0 Commentaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar